Pour accéder à toutes les fonctionnalités de ce site, vous devez activer JavaScript. Voici les instructions pour activer JavaScript dans votre navigateur Web.

La Turquie Avec ou sans l'Europe - Turquie / Foxoo
Local-events / Vos évènements relayés sur Twitter GUIDE   SUIVRE
Ma ville   Mes évènements   Annoncer un évènement
Source : #1414 Publié le 23/06/11 | Vues : 332

La Turquie Avec ou sans l'Europe


La Turquie Avec ou sans l'Europe est le premier numéro de la « Nouvelle Revue de Géopolitique, édité en juin 2011 aux éditions Technip. Editeur d’ouvrages scientifiques, techniques et économiques, les Editions Technip ont également développé depuis 2005 une collection consacrée à la géopolitique qui comporte aujourd’hui une dizaine de titres. Bien qu’inventée en 1905 par un économiste suédois, la notion de Géopolitique est, depuis quelques années, passée dans le grand public à la faveur de la mondialisation. Une simple interrogation sur Google génère en 0,11 seconde plus de 3.200.000 références comportant le mot géopolitique.



Cette collection a été conçue pour permettre au lecteur de comprendre les mouvements actuels du monde au milieu du foisonnement des informations qu’il reçoit par ses journaux ou sur ses écrans. Dans le même esprit et pour renforcer sa présence éditoriale dans ce secteur, la société lance le 24 juin 2011 un trimestriel le premier numéro de la « Nouvelle Revue de Géopolitique », dont le sujet principal est consacré à la Turquie.

Quelques jours après les élections législatives du 12 juin qui ont porté pour la troisième fois consécutive l’AKP et son leader à la tête du pays, la « Nouvelle Revue de Géopolitique », entend faire le point, non seulement sur l’avenir de ce pays mais encore sur le rôle qu’il entend jouer dans la région. En effet, sa position géographique à la limite de deux mondes l’Asie et l’Europe en fait un cas parfait d’étude géopolitique.

Au milieu du tourbillon du « Printemps arabe », la Turquie se présente comme un modèle d’une démocratie ayant réussi à trouver son équilibre entre trois pôles : des institutions laïques héritées du kémalisme, un gouvernement issu du courant islamiste et une armée réduite aujourd’hui au rôle d’arbitre après une remise au pas de quelques militaires à prétention putschiste.

Preuve s'il en est qu’Ankara a vocation à jouer un rôle géopolitique dans le pourtour de la Méditerranée, certains représentants des révoltés tunisiens ou égyptiens ont déjà été reçus par le gouvernement turc dont le chef de l’état a été l’un des premiers à se rendre au Caire après la chute de Moubarak.

Alors que depuis 60 ans, la Turquie piétine aux portes de l’Union européenne, on peut se demander si, aujourd’hui, la clé de son entrée dans l’Union ne réside pas dans son aptitude à servir de modèle aux démocraties arabes émergentes et de passerelle entre les pays industrialisés du Nord et les nations émergentes du sud.

« La Turquie est un laboratoire pour le monde musulman » estime Alexandre Adler, spécialiste des relations internationale et fin connaisseur de la politique turque, dans une interview donnée à la Nouvelle Revue Géopolitique à l’occasion de son premier numéro.


Commentaires des internautes :

Science sans conscience n'est que ruine de l'âme dit le philosophe. Les Arméniens d'ajouter : "merci monsieur Adler pour le génocide de 1915 passé pour pertes et profits. Vous n'entendez que le rapport de force; les Arméniens savent donc ce qu'il leur reste à faire". Henri Aram Hairabédian

Partager :
Facebook